l’actualité économique en Auvergne Rhône-Alpes

Vendredi 22 Septembre 2017

Rencontres CM-CIC Investissement AVEC CM-CIC

Bouvet Ladubay et CM-CIC Investissement, une rencontre effervescente

Bouvet Ladubay et CM-CIC Investissement, une rencontre effervescente

Grand nom du monde des fines bulles, Bouvet Ladubay est la 1ère Maison de Méthode Traditionnelle à Saumur et qui accueille près de 40000 visiteurs chaque année. Dépositaire d’une longue histoire familiale, Juliette Monmousseau, aujourd’hui Directrice Générale, revient avec nous sur une saga «effervescente».

Quelle est aujourd’hui l’activité de la Maison Bouvet Ladubay ?

Juliette Monmousseau : Depuis la création de l’entreprise, en 1851, nous sommes spécialisés dans les vins effervescents, les « fines bulles», avec les appellations Saumur Brut et Crémant de Loire. L’une de nos spécificités est de proposer des cuvées haut de gamme, élevées en fûts de chêne. Ce style, que nous cultivons depuis plusieurs dizaines d’années, a fait notre réputation dans toutes les grandes compétitions internationales.

L’international représente d’ailleurs une part très importante de vos ventes…

J.M. : Oui, nous sommes le plus grand exportateur de fines bulles du Val de Loire. Nous réalisons en effet 60% de notre chiffre d’affaires à l’étranger, avec une distribution dans plus de 45 pays. Dans le trio de tête, on trouve l’Allemagne (1er importateur de vins effervescents), le Royaume- Uni et les Etats-Unis. Nous sommes aujourd’hui également présents en Corée du Sud et à Taïwan. Depuis 5 ans, le marché mondial des vins effervescents connaît une très forte croissance (2,5 milliards de bouteilles vendues en 2016), plus rapide que celle des vins tranquilles. Les projections pour les prochaines années sont de plus encourageantes. En revanche, cet te tendance engendre également l’émergence de nouveaux concurrents, avec des pays producteurs comme l’Angleterre, la Chine et même l’Inde.

Comment faites-vous face à cette augmentation simultanée de la demande et de la concurrence ?

J.M. : En 2008, nous avons investi dans un nouveau chai « haute technologie» qui nous a permis de doubler notre production. Face à la concurrence, nous capitalisons sur nos atouts historiques. Il s’agit d’abord de la qualité, grâce à l’exigence d’excellence qui nous anime depuis les origines. Nous bénéficions aussi de prix intéressants que peut offrir le Val de Loire par rapport à d’autres régions. Enfin, notre nom est aujourd’hui associé à une vision passionnée et large de l’art de vivre. Nous sommes en effet partenaires de nombreux événements artistiques, qu’il s’agisse de musique, de cinéma, de théâtre, de danse et bien sûr, notre grande fierté, d’art. Cet été, nous fêtons les 25 ans de la création du Centre d’Art Contemporain Bouvet Ladubay.

Bouvet Ladubay, c’est aussi une grande histoire de famille

J.M. : Depuis plus de 80 ans, Bouvet Ladubay a toujours été dirigé par un Monmousseau, même si le capital a beaucoup évolué. Notre famille, qui avait sa propre Maison en Touraine depuis 1886, a racheté Bouvet Ladubay en 1932. Dans les années 70, alors que les deux sociétés étaient cotées en bourse, une partie des héritiers a souhaité vendre ses actions. C’est le groupe Taittinger qui s’est alors porté acquéreur, à condition que la famille reste à la tête de chacune des entreprises. Pour Bouvet Ladubay, c’est mon père, Patrice, qui venait de prendre la direction. En 2005 quand le groupe Taittinger a été racheté à son tour, nous avons rejoint le groupe indien United Spirits Limited qui a lui-même cédé en 2014 une part de ses actifs au groupe Diageo. C’est à cette occasion que nous avons retrouvé notre indépendance. Premier groupe mondial de spiritueux, Diageo souhaitait se désengager du métier du vin et a accepté notre proposition de rachat. Le LBO a été finalisé en novembre 2015.

Quel rôle a joué CM-CIC Investissement dans ce rachat ?

J.M. : Nous avions une fenêtre de tir assez courte pour l’opération. Nous nous sommes rapidement activés pour trouver des partenaires. CM-CIC Investissement, dont nous apprécions l’ancrage régional, a compris notre problématique et a tout de suite répondu présent. C’est aujourd’hui un partenaire avec qui nous sommes très heureux de collaborer.

 

Bouvet Ladubay vu par Stéphane Mentzer, CM-CIC Investissement

Bouvet Ladubay est une belle histoire familiale à laquelle nous nous sommes associés en 2015 à l’occasion du rachat au groupe indien, United Spirits Limited, par Patrice Monmousseau et sa fille Juliette.

Après une quarantaine d’années passées dans le giron de groupes de champagne et de spiritueux, la famille Monmousseau, qui dirige la société depuis 4 générations, a repris en mains les destinées de cette 1ère Maison produisant des vins effervescents à Saumur, selon la méthode traditionnelle, depuis plus de 160 ans.

Patrice et Juliette pilotent cette Maison de vins avec beaucoup de brio, sachant allier leur savoir-faire en matière d’assemblage et d’élaboration des vins effervescents, de distribution et de communication autour de leur marque. Ils ont su maintenir dans le temps la qualité de leurs millésimes, accompagner la croissance sur le marché des vins effervescents, en investissant dans leur outil d’embouteillage et installer leur marque en France et à l’international.

Dans le même temps, ils font preuve d’un sens aigu de la profitabilité, dans une activité de volume où les coûts sont gérés au centime près.

Animée par une équipe de passionnés et d’excellents professionnels, Bouvet Ladubay a de nombreux atouts pour poursuivre sa croissance sur des marchés dynamiques, en Europe (Allemagne, Grande-Bretagne) et aux Etats-Unis notamment.

Pour contacter CM-CIC Investissement

Chiffres clés :

  • 500 médailles depuis 40 ans
  • Exportation dans 45 pays
  • 6 millions de bouteilles produites de «Brut de Loire»
Haut de page