L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Mercredi 26 Juin 2019

Cap entrepreneur AVEC EM lyon

Gilles Fedak : être entrepreneur ne s’improvise pas !

Gilles Fedak, cofondateur et CEO de la start-up franco-chinoise iExec.

Gilles Fedak, cofondateur et CEO de la start-up franco-chinoise iExec.

Après une levée de fonds éclair en 2017, Gilles Fedak a brutalement basculé dans le monde de l’entrepreneuriat avec pour challenge de réussir le lancement et le développement d’iExec, sa start-up innovante. Il s’est tourné vers le certificat DUA d’emlyon business school pour acquérir les bases du management et une vision globale de l’entreprise.

De 2004 à 2016, Gilles Fedak était chercheur à l’institut national de recherche en sciences du numérique (INRIA), à l’ENS Lyon. « C’est suite à mes travaux que j’ai créé iExec avec un associé en octobre 2016, avec l’idée de créer une place de marché décentralisée pour les ressources informatiques basée sur la blockchain, raconte le cofondateur. Mais en avril 2017, nous avons fait une levée de fonds en monnaie virtuelle (ICO) et récolté l’équivalent de 12 millions de dollars en moins de trois heures ! Du coup, je suis passé brutalement du statut de chercheur à celui d’entrepreneur. » Avec un effectif passant rapidement à 25 personnes, Gilles Fedak a ressenti le besoin de suivre une formation en management.

N’ayant pas le temps de suivre un Master, il s’oriente sur le certificat DUA : « La formation avait l’avantage d’avoir un emploi du temps bien réparti, seulement quelques jours par mois, ce qui était gérable dans mon agenda, mais surtout, c’était une formation complète qui adressait de façon très concrète les problèmes de management, de finances, avec une véritable optique professionnalisante. »

Elever son niveau en comptabilité et en finances

Le nouveau chef d’entreprise ne regrette pas son engagement et reconnaît en avoir tiré de nombreux profits : « En tant que néophyte complet, j’ai facilement trouvé de quoi élever mon niveau. Jusque-là, j’étais juste fonctionnaire, je ne maîtrisais pas des concepts parmi les plus basiques du monde de l’entreprise, en particulier la comptabilité ou la finance. Comprendre des notions plus personnelles comme le leadership ou la conduite du changement ont aussi constitué pour moi un apport important. »

La rencontre des autres participants de la formation se révèle aussi une source d’enrichissements : « C’est intéressant aussi de rencontrer d’autres personnes qui ont toutes un point commun : elles ont été confrontées à une situation de montée en puissance et se sont aperçues qu’il n’était plus possible d’improviser. »

Aujourd’hui, Gilles Fedak envisage l’avenir en meilleure connaissance de cause. « Les perspectives d’iExec sont bonnes, notre développement est rapide et nous essayons d’assurer la stabilité de la croissance. Et puis, je peux maintenant discuter avec mon comptable ! », confie-t-il en souriant.

  • Bruno Mortgat

emlyon business school en chiffres :

  • 5 500 cadres d’entreprise en formation continue chaque année ;
  • 9 centres de recherche, 144 professeurs permanents, 6 Chaires, 2 instituts et 160 partenaires académiques ;
  • 1 incubateur qui a accompagné 1 350 porteurs de projets depuis 1984 et assisté à la création ou reprise de 1 200 entreprises ;
  • 3 clusters visant à connecter la recherche et les applications en entreprise : Modes de Vie & Consommation, Travail & Organisations, Entrepreneuriat & Croissance ;
  • Triple accréditation depuis 2005 (positionnant l’école parmi les 1 % de business schools dans le monde doté de cette « triple couronne ») ;
  • 1 600 partenaires ;
  • 5 750 étudiants internationaux de 83 nationalités ;
  • 160 partenaires académiques sur les 5 continents ;
  • 31 000 diplômés dans 121 pays ;
  • 5 campus.
Haut de page