L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Samedi 15 Décembre 2018

Communiqués AVEC Riso France

Riso France au cœur du développement durable

Riso France

Riso France

Avec ses systèmes d’impression innovants, fiables et à faibles impacts environnementaux, Riso France s’impose comme un acteur majeur du secteur. En France mais aussi au Benelux, en Afrique francophone et au Moyen-Orient.

En septembre dernier, Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, était en mission au Japon. A son agenda officiel : plusieurs rencontres avec des dirigeants de grands groupes japonais dont Riso Kagaku Corporation, concepteur et fabricant de systèmes d’impression de production depuis 70 ans. Le japonais est le seul acteur de son secteur à choisir Lyon, en 1993, pour s’installer en France. Depuis, Riso France (siège social : Lyon ; 215 collaborateurs en 2015 ; CA : 63,4 M€ en 2015) est devenue la filiale la plus conséquente du groupe japonais. “Nous sommes très fiers d’être lyonnais et de compter parmi les 30 entreprises japonaises les plus importantes. Cette visite reconnaît aussi notre implication dans la cité, cela a beaucoup de sens pour nous”, souligne Fabrice Sposito, directeur général de Riso France.

Depuis Lyon, la filiale rayonne sur l’ensemble du territoire (16 agences, 10 000 clients) et sur plusieurs marchés connexes : le Benelux, le Moyen-Orient, l’Afrique francophone. Des marchés aux attentes différentes qui se rejoignent dans les produits Riso : économie d’électricité pour les uns, robustesse, longévité et fiabilité pour les autres, meilleure productivité pour tous.

Éco-performance

Les systèmes d’impression RISO combinent plusieurs particularités : le passage à l’horizontal du papier sous les têtes d’impression pour une vitesse élevée ainsi qu’une fiabilité éprouvée. De plus, “le coût de la copie couleur redevient extrêmement compétitif”, assure le directeur général.

Mais c’est avant tout par son procédé d’impression à froid, développé par ses ingénieurs, que Riso se distingue. Ce système de production, conçu avec un maximum de matières renouvelables ou recyclées, fonctionne sans chauffer. “Nos imprimantes de production jet d’encre permettent à nos clients d’économiser de l’énergie : - 80% d’électricité en fonctionnement”, poursuit-il. À tel point que les matériels Riso ont été sélectionnés pour réaliser l’ensemble des tirages nécessaires aux commissions de la Cop21 - conférence de Paris sur le climat en 2015 -, soit une production 24h/24 durant les 12 jours de débats. Une confiance renouvelée pour la Cop22, qui se déroulera à Marrakech (Maroc) en novembre prochain, où Riso mettra à nouveau cinq unités de production à disposition des travaux des commissions. “Notre procédé à froid n’est pas victime des variations de température, il est particulièrement stable et reste performant même s’il fait très chaud comme cela peut-être parfois le cas en Afrique”, souligne Fabrice Sposito.

Dans un contexte global où les organisations sont sensibles à leur impact sur l’environnement, l’utilisation de l’une de ces machines leur permet de réaliser une action concrète en faveur de la préservation de la planète. Outre les économies, les imprimantes n’émettent pas d’ozone et limitent l’empreinte carbone de l’entreprise. Une dimension écologique qui va encore plus loin avec la série ComColor FW, une gamme de produits plus compacte lancée en septembre 2016 qui a obtenu la certification environnementale Blue Angel. “Nous sommes une entreprise citoyenne. Nous sommes très attentifs à notre rôle sur le territoire et restons sensibles au bien-être de la planète. Nous allons multiplier les démarches dans ce sens”, conclut le directeur général. La responsabilité alliée à la “technologie idéale” - la traduction française de Riso Kakagu - ou comment aider les organisations à maîtriser leurs budgets en restant compétitives sans impact négatif sur l’environnement.

  • Baptiste Antoine

Pour en savoir plus, connectez-vous sur le site : www.risofrance.fr

Légende photo : Visite du Maire de Lyon, Gérard Collomb, au siège de RISO KAGAKU CORPORATION, à Tokyo. À droite,  Fabrice Sposito, directeur général de Riso France.

Haut de page