l’actualité économique en Auvergne Rhône-Alpes

Jeudi 27 Avril 2017

Baptiste Canazzi Codirecteur de Noetic Bees

Ce que n’est pas le « temps de travail »

Publié Le 13.02.2017 À 14H47
Ce que n’est pas le « temps de travail »

Fiers héritiers de la civilisation industrielle, nous associons assez facilement la question du travail à la question de la « production ». Et l’on associe bien volontiers un certain nombre d’outils pour évaluer cette production : le tableau de bord par exemple. Le rapport au travail est donc essentiellement quantitatif : on doit pouvoir l’évaluer.

Il y aura sans doute du sens à cette association : « travailler » et « produire » relèvent du champ conceptuel de la naissance : « produire » signifie étymologiquement « faire exister » ; « travailler », si l’on connaît souvent la dimension de « torture », dit moins la torture que l’on inflige que celle que l’on s’inflige : c’est le travail de la femme qui va donner naissance. Or il y a dans cette association quelque chose de très aristotélicien : étymologiquement, la production ne relève pas du régime de la création : on « produit » une pièce dans le cadre d’un procès, ce qui ne dit pas qu’on va la créer, mais plutôt qu’on va la dévoiler. C’est exactement l’idée que l’on retrouve chez Aristote à propos de la statue et du sculpteur : il ne crée rien, mais dévoile dans le marbre une statue qui est en puissance [1].

Travail et/ou divertissement

Or se cache ici une idéologie de la performance : nous associons volontiers la question du travail et celle de la production parce que nous avons tendance à penser le travail comme un lieu de performance. On peut s’en étonner à plusieurs titres. D’abord parce qu’il y a dans nos activités professionnelles des choses qui ne relèvent pas de la performance au sens strict : un team building par exemple, qui conditionne en partie la performance d’une équipe sans pour autant y être strictement associé. Ou dans certaines organisations, Google par exemple, les démarches de sérendipité. Ensuite parce que cela interroge « l’économie [2] du temps de travail », dont on a du mal à accepter qu’elle puisse intégrer des périodes de « divertissement ». Mais peut-être aussi parce qu’on a de ce concept une compréhension très ludique :

En effet, « divertissement » vient du latin « divertere », dit effectivement le loisir, mais au sens de la déconnexion qui nous permet de regarder notre quotidien sous un autre angle : un humoriste est divertissant parce qu’il me force à regarder des petites choses que je ne vois plus. Autrement dit, on parle ici tout autant du « ludique » que du « pas de côté ». Et en ce sens, les méthodes de créativité et d’agilité que nous utilisons relèvent autant du divertissement que de la performance.

De fait, « temps de travail » ne peut plus être exclusivement associé à « temps de production ». Et notre époque en a de plus en plus conscience. Car nous avons bien compris que la question de la performance ne se joue pas au nombre d’heures que nous passons sur un dossier, mais à une meilleure gestion des temps, une économie du temps de travail.

 

[1] Aristote, Physique, II

[2] Économie vient de oikonomia en grec, qui signifie la « gestion »

  • Baptiste Canazzi

L'auteur

Image de l'auteur

Baptiste Canazzi

Codirecteur de Noetic Bees

Tous les billets

L'auteur

Image de l'auteur

Baptiste Canazzi

Codirecteur de Noetic Bees

Les dernières actualités

Haut de page