L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Samedi 02 Juillet 2022

Cap entreprise solidaire AVEC April

La Marmite urbaine : tisser des liens, du jardin à l’assiette

La Marmite urbaine : tisser des liens, du jardin à l’assiette

Association à vocation sociale, la Marmite urbaine a bénéficié de l’accompagnement de la Fondation Emergence, dont la Fondation April est partenaire.

C’est alors qu’elle étudie les politiques agricoles après un master en sciences politiques à l’Université libre de Bruxelles, que Charlotte Vignal attrape le virus de la souveraineté alimentaire et de la protection de l’environnement. Mais ces postures théoriques ne lui suffiront pas. La jeune diplômée a “envie de se frotter à la pratique et au terrain”. Elle s’envole pour l’Inde où elle passe plusieurs mois aux côtés de Navdanya, une ONG fondée par la physicienne et prix Nobel indienne Vandana Shiva. “Une femme charismatique, capable d’embarquer les foules pour mener ses projets, avec néanmoins une approche très concrète des choses”, poursuit-elle. D’Inde, elle rapporte l’idée qu’il faut préserver les graines comme un patrimoine agricole précieux. Ce sera la première composante de la future Marmite urbaine.

Charlotte Vignal poursuit son apprentissage au Canada. Autre lieu, autre style: elle suit un cycle d’études à l’Université de Montréal, visite des fermes bio, rencontre une structure qui livre des plats cuisinés à des personnes handicapées à partir de légumes cultivés dans des potagers sur les toits. Ils seront les autres ingrédients de l’association la Marmite urbaine, née 18 mois plus tard, en juillet 2012.

Jardin, cuisine et sociabilité

La Marmite urbaine lyonnaise propose des ateliers cuisine et jardin, sur un potager de pied d’immeubles de 30 m², aux personnes isolées grâce à un partenariat conclu avec le Centre social et culturel Peyri de Vaulx-en-Velin. “Nous avons déjà quarante bénéficiaires, dont vingt enfants”, explique-t-elle. Si, pour le moment, l’association s’appuie sur ce petit bout de terrain, elle travaille sur l’implantation d’un jardin potager sur les toits du siège régional de Groupama, à Lyon-Vaise. Une première terrasse de 60 m² ouvrira début juillet (1.000 m² à terme).

Elle aura la particularité d’être constituée de graines de variétés de légumes anciens répertoriées par le Conservatoire de botanique appliqué (CRBA), autre partenaire de l’opération. “Haricot Gloire de Lyon, laitue de Pierre-Bénite, aubergine Odile, navet noir long de Caluire, autant de produits qui étaient cultivés dans la région, laquelle à la fin du XVIIIème siècle, comprenait de nombreuses variétés potagères et agricoles. Il est intéressant d’étudier comment elles s’adaptent et s’acclimatent à la culture sur toit”, souligne la passionnée.

Assise entrepreneuriale

Mais la jeune femme veut que son projet à vocation sociale soit viable et pérenne. Pour financer ses actions, la Marmite urbaine confectionne et livre des plateaux-repas aux entreprises et aux collectivités. Elle propose aussi un service traiteur, très actif pendant les mois de mai et juin. Le principe est simple : “Dix plateaux-repas financent un repas solidaire à 3 € pour une personne isolée”, souligne-t-elle. Pour le moment, l’association intègre parfois sa “production symbolique” dans ses ateliers mais rêve, à terme, de cuisiner les légumes cultivés sur les toits du groupe d’assurances.

Une contrepartie validée grâce à son parcours de créatrice d’entreprise. Elle a été incubée chez Alter’Incub Rhône-Alpes, spécialisé dans les structures en lien avec l’économie sociale et solidaire, et soutenue par la Fondation Emergences. Depuis trois ans, elle bénéficie de leur accompagnement. “Je suis suivie, via le mécénat de compétence, par deux chefs d’entreprises qui m’accompagnent sur les questions techniques et personnelles. Cela m’a beaucoup aidée à structurer mon modèle et continue à m’enrichir au quotidien. J’ai des liens très forts avec eux”, souligne la directrice. Une démarche entrepreneuriale qui pousse la fondatrice à regarder plus loin, n’excluant pas un jour d’aller poser sa marmite dans d’autres zones urbaines en Espagne, au Royaume-Uni ou en Grèce.

LA MARMITE URBAINE EN CHIFFRES 

Association fondée en juillet 2012
3 salariés
20 adhérents
40 bénéficiaires
Livraison de 80 plateaux repas/semaine
Budget 2016: 100.000 €
Association également soutenue par Groupama, la Fondation Macif, la Fondation de France.

Haut de page