L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Mardi 19 Janvier 2021

Les talents de demain AVEC Iriig

Qui seront les futurs leaders post-COVID ? …les futurs acteurs de l’innovation et de la transformation ?

Stephan Galy - Fondateur et CEO d'IRIIG

Stephan Galy - Fondateur et CEO d'IRIIG

Les compétences de demain se développent aujourd’hui. Préparez vos équipes à piloter vos projets d’innovation, de transformation et à s’adapter en toute situation. 

Que pensez-vous de cette crise ?

Stephan Galy : Nous vivons suite à l’épidémie du COVID19 une crise économique sans précédent. La reprise, qu’elle soit en V, ou W, sera compliquée pour les entreprises, non seulement parce qu’elles voudront rattraper le « temps perdu » mais parce que nous imaginons tous que les modes de consommation et les pratiques managériales seront durablement transformés.

Mais cette crise sera avant tout révélatrice et accélératrice de tendances lourdes déjà à l’œuvre :

Côté géopolitique, elle aura été révélatrice de tensions déjà sous-jacentes et la preuve, tant de la montée en puissance de la Chine, pourtant non-démocratique, comme modèle, que de l’ancrage durable de mouvements populistes qui ont fortement limité toute forme de coopération internationale.

Côté management, si le télétravail a gagné ses lettres de noblesse, nombre d’interrogations demeurent et il faudra voir si les nombreuses et heureuses initiatives humanitaires, notamment de grands groupes, perdureront et résisteront aux publications de résultats inévitablement catastrophiques…

Une chose est sûre, quand le court terme est aussi flou, il faut s’attacher au plus long terme.

 

Comment anticiper ?

SG : Que savons-nous ?

Que nous vivons déjà une 4ème révolution industrielle, dont la révolution digitale ne constitue que la 1ère vague. Big Data, IA, informatique quantique, nanotechnologies…, vont prochainement nous faire faire des sauts de géant en matière de génétique et de robotique et transformeront notre quotidien.

Qu’une partie au moins de la population mondiale ont compris qu’il fallait être, à minima, plus mesuré dans l’utilisation des ressources limitées de notre planète. Vive le bio, le naturel, le développement durable, … mais qu’en sera-t-il de l’Inde, d’une partie de l’Asie, de l’Amérique Latine, et de l’Afrique doublement frappés par une crise sanitaire et économique ? Seront-ils « éco-responsables » ? Serons-nous solidaires ? En aurons-nous tout simplement les moyens 

Nous avons désormais besoin, et plus que jamais, de leaders éclairés économiquement, sociologiquement et écologiquement, capables tout à la fois de penser et d’agir. 

 

Que proposez-vous ?

SG : De ré-investir dans l’éducation évidemment ! « L'éducation est l'arme la plus puissante pour changer le monde » disait Nelson Mandela !

Mais quelle école, quels programmes, quelles compétences développer, quand pour le prix d’une connexion internet vous avez accès au savoir de l’humanité, quand l’infobésité et les fake news règnent en maître ?

Nous avons décidé de créer IRIIG en nous basant sur 7 convictions :

  1. Nous vivons une 4ème révolution industrielle : le changement devient la norme, la constante …et l’innovation la principale clé d’une croissance durable !
  2. La croissance pour être durable doit être responsable et inclusive,
  3. Les valeurs de l’entreprenariat, l’engagement, l’agilité et la vision, sont les clés de la responsabilisation de nos étudiants en tant qu’acteurs du changement,
  4. Les seules compétences techniques ne suffisent plus à assurer l’employabilité car elles sont devenues rapidement périssables,
  5. La seule compétence réellement durable est la capacité d’apprendre à apprendre. Elle se développe en travaillant les 4 sous-compétences à la base de nos enseignements : les 4C, Créativité, esprit Critique, Communication et Coopération !
  6. Il n’y a pas de meilleure manière d’apprendre que de faire, et de transmettre : de Confucius à Socrate, en passant par les bâtisseurs de Cathédrale, nous ne serons pas les derniers à mettre en œuvre « learning by doing » et « classe inversée »,
  7. L’élitisme n’a désormais de sens que dans les organisations « trop » structurées et politisées, … et nous avons fait le choix de l’excellence et de l’exigence, celui d’évaluer spécifiquement nos étudiants au regard de leur projet de vie et de leurs aspirations professionnelles.

 

Comment avez-vous répondu aux besoins plus spécifiques des PME et de ETI ?

SG : Nous avons lancé un Executive MBA « Corporate Entrepreneurship & Innovation » spécifiquement pensé pour répondre aux enjeux des N-1/-2 des dirigeants des ETI et PME de croissance : focus sur les business models et les ressorts entrepreneuriaux, durée, intensité et tarifs adaptés… Le tout localisé sur notre Campus au coeur du H7, lieu Totem de la French Tech et accélérateur/incubateur de 70 start-up hébergées sur place 

 

Et pour les entrepreneurs ?

SG : Nous avons ouvert un accompagnement spécifique pour les créateurs qui inclut hébergement et soutien au financement.

Nous continuons également à soutenir l’entrepreneuriat social en contribuant activement à la Fondation EMERGENCES et à Ronalpia, et en offrant chaque année une bourse à un entrepreneur pour qui le coût final du MBA est ainsi ramené à 0 !

Une bonne manière de sensibiliser tous nos étudiants aux enjeux sociétaux et à la RSE.

 


Coordonnées : 

Haut de page