L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Mardi 21 Mai 2019

CAP industrie du futur AVEC Auvergne Rhône-Alpes entreprises

L’intelligence artificielle donne des ailes à Supermétal

Bruno de Chaisemartin

Bruno de Chaisemartin

Supermétal, qui réalise plus de la moitié de son chiffre d’affaires dans l’aéronautique, investira 5 M€ sur cinq ans dans l’aménagement de son unité de production du futur et créera une centaine d’emplois directs. Ce projet a valu à l’entreprise d’être récompensée en avril dernier par un trophée lors de la journée Ambition Industrie du Futur organisée par Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises dans le cadre du salon Industrie Lyon 2017.

« En 2022, nous disposerons d’une dizaine d’îlots de production robotisés et autonomes, au lieu de quatre actuellement. En parallèle, nous aurons multiplié nos effectifs par deux et poursuivi le positionnement de nos collaborateurs sur des postes à forte valeur ajoutée ! » Le ton est donné. Pour Bruno de Chaisemartin, son président, l’avenir de Supermétal passe par le développement d’une Industrie 4.0. Ce n’est qu’ainsi, estime-t-il, que son entreprise spécialisée dans la mécanique de précision « restera compétitive, continuera de répondre aux exigences de ses clients, et pourra continuer à jouer son rôle dans le développement de l’industrie, en particulier de la filière aéronautique. »

Une transformation progressive

Créée en 1984 à Sallanches (Haute-Savoie), celle qui a bien failli ne pas passer le millénaire, affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires de près de 9 M€, soit trois fois plus qu’en l’an 2000, année de sa reprise par Bruno de Chaisemartin et Jérôme Arthus-Bertrand : « Nous réalisons 52 % de notre CA sur le marché de l’aéronautique, 13 % sur celui de la défense, 23 % dans le médical et 7 % dans l’énergie, précise le président de Supermétal. Nous puisons notre force dans une culture tournée vers l’amélioration continue. C’est ainsi que nous avons progressivement orienté notre stratégie vers l’Industrie 4.0. Depuis déjà plus de cinq ans, nous automatisons et robotisons nos process, avec l’appui d’Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises dans le cadre de l’AMI Ambition Industrie du Futur*, de Thésame, du programme Space et de l’accélérateur BPI/GIFAS. »

Depuis quelques mois, Supermétal voit ce processus de transformation s’accélérer, notamment à la faveur de l’acquisition récente d’un terrain mitoyen, d’une superficie de 5 000 m : « Nous faisons actuellement construire un bâtiment de 3 000 m, pour un budget de 3,5 M€. Il devrait nous être livré fi n 2018, et nous permettra de développer notre unité de production industrielle sur plus de 5 000 m2, soit environ le double de la surface dont nous disposons aujourd’hui! Partout où cela sera possible - en priorité sur les secteurs usinage et fraisage - nous déploierons des unités auto-adaptatives : des machines à commandes numériques programmées en amont pour que le cycle de l’usinage soit optimisé. Chaque pièce fabriquée sera automatiquement nettoyée, contrôlée, et stockée par des robots ; dans le cas où une pièce fabriquée serait décrétée non conforme, des instructions correctives seront immédiatement envoyées à la machine ! »
Au total, Supermétal, avec l’appui de la Région Auvergne-Rhône-Alpes consacrera un budget d’environ 5 M€ sur cinq ans à ces aménagements.

Une montée en puissance des compétences

« L’intervention humaine se situe au niveau de la programmation », précise Bruno De Chaisemartin. Pour accompagner son développement, l’entreprise prévoit de recruter une centaine de collaborateurs sur cinq ans, principalement des régleurs sur commandes numériques, des programmeurs de machines robotisées, des ingénieurs méthodes et des ingénieurs de conception.
« Notre stratégie RH s’appuie notamment sur le recrutement d’apprentis et sur la formation continue. Nous avons à coeur de faire monter en compétences chacun de nos collaborateurs. » Et c’est là un autre aspect fondamental de la stratégie de développement 4.0 de Supermétal : un management basé sur la valorisation du potentiel de chacun.
« Une entreprise du futur est aussi une entreprise qui sait motiver ses salariés, et dans laquelle il fait bon travailler ! Ce n’est pas un hasard si nous enregistrons aujourd’hui un taux de fi délisation de nos apprentis supérieur à 80 % ! »
En fi ligrane, indique Bruno de Chaisemartin, le déploiement de Supermétal devrait fédérer les énergies au-delà même des murs de l’entreprise : « Nous allons avoir la possibilité d’accueillir des structures un peu plus petites, qui pourront ainsi atteindre une taille critique. En mutualisant nos savoir-faire, nous pourrions créer une unité de production de la taille d’une ETI, par exemple. »

 

* L’AMI Ambition Industrie du Futur est un dispositif d’accompagnement de projets d’entreprises subventionné par le Conseil Régional et piloté par Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises.

  • Florence Gouton

Supermétal en quelques chiffres : 

  • Siège : Sallanches (Haute-Savoie) ;
  • Pdt : Bruno de Chaisemartin ; 
  • Effectif : 80 personnes ;
  • CA 2017 : près de 9 M€.
Haut de page