L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Vendredi 21 Juin 2024

Publi-reportage AVEC Saint-Etienne Métropole

Le new manufacturing accélère à Saint-Étienne

Saint-Étienne est une zone d’embarquement pour l’Industrie du Futur.

Saint-Étienne est une zone d’embarquement pour l’Industrie du Futur.

La filière industrielle stéphanoise, riche de 20 000 emplois, ouvre la voie d’une modernisation indispensable des process de production. Elle bénéficie localement de l’excellence scientifique et technologique d’écoles d’ingénieurs, de laboratoires, de centres techniques et de transfert de technologies et de pôles de compétitivité.

Dispositifs médicaux, productions mécaniques et métalliques sont des marqueurs de l’identité industrielle de la métropole de Saint-Étienne. Multi-facettes, pluridisciplinaire, innovant, ce territoire est un grand dans le paysage industriel français et il regarde déjà loin devant. L’Industrie du Futur dispose à Saint-Étienne d’un train d’avance : fabrication additive, traitement et fonctionnalisation de surfaces, nouveaux procédés d’usinage, photonique sont autant de technologies de l’Industrie du Futur déjà en place. Un futur dans lequel sont inscrites des entreprises comme Siléane et Visioshape, qui innovent dans le domaine de la robotique intelligente et de l’optique. Ou encore Astrée Software, qui inonde le monde industriel de son logiciel AquiWeb, lequel est aux lignes de production ce que le tableau de bord est à une voiture. Des outils au cœur de la nouvelle révolution industrielle que des plateformes d’accélération contribuent à introduire dans le tissu industriel local.

Quatrium, une nouvelle plateforme d’accélération

Pour le secteur industriel français, se moderniser est un enjeu stratégique. « Nous devons développer une approche nouvelle de la production industrielle », défend Bruno Restif, directeur de l’action régionale au Cetim (Centre technique des industries mécaniques). « L’industrie française doit proposer une offre de produits à plus forte valeur ajoutée fabriqués avec des machines plus intelligentes, le tout dans une démarche d’écoconception. C’est indispensable et incontournable ».

Le Cetim accompagne les industries de la mécanique dans l’acquisition de moyens et de compétences pour accroître leur compétitivité, avec un lien fort entre industrie et recherche scientifique. Le Cetim va lancer dans quelques semaines à Saint-Étienne sa plateforme d’accélération Quatrium AURA (NDLR : il en existera 4 en France). « L’objectif est de présenter aux dirigeants des entreprises les nouvelles technologies pour les embarquer dans l’Industrie du Futur. Ils vont pouvoir réaliser des essais en fonction de leurs besoins, s’approprier les technologies et les intégrer. » Démonstrateur Industrie du Futur, démonstrateur numérique sur la transition écologique et énergétique, plateaux techniques, équipements, logiciels, experts, ingénieurs... vont accompagner la transformation des entreprises, favoriser la décarbonation, améliorer la compétitivité et contribuer à renforcer le potentiel de création d’emplois.

Biennale du Manufacturing et Go Fab ! en approche

Les acteurs de la filière sont nombreux : les écoles d’ingénieurs d’excellence comme l’Enise ou les Mines nourrissent l’écosystème en compétences pointues. Tout comme Manutech USD, un GIE au carrefour de l’industrie et de la recherche, première plateforme européenne du laser femtoseconde, qui déploie un laser ultra-rapide dédié au texturage de surfaces pour des applications dans de multiples champs d’activités : médical, mécanique, aéronautique…

Autres acteurs clés : CIMES, pôle de compétitivité dédié à l’ingénierie et au manufacturing pour les systèmes intelligents, Minalogic, pôle de compétitivité des technologies du numérique ou encore MécaLoire, grappe industrielle des acteurs de la mécanique, de la robotique et de la metallurgie. Tous y voient des champs d’application nombreux : automobile, équipements machines-outils, agroalimentaire, aéronautique, medtechs...  

Dates à retenir : la Métropole sera sous le feu des projecteurs du 18 au 21 octobre prochains, à l’occasion de la 2e Biennale du Manufacturing.

Haut de page