L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Dimanche 25 Février 2024

Cap entrepreneur AVEC EM lyon

Nadège Grataloup et Caroline Jambin-Burgalat : l’hôpital, une entreprise au service de la santé

Nadège Grataloup, directrice déléguée de l’hôpital de Belley. (à gauche) et Caroline Jambin-Burgalat, directrice des ressources humaines du centre hospitalier Métropole Savoie (à droite).

Nadège Grataloup, directrice déléguée de l’hôpital de Belley. (à gauche) et Caroline Jambin-Burgalat, directrice des ressources humaines du centre hospitalier Métropole Savoie (à droite).

Elles sont issues de la même promotion, et assument chacune des fonctions managériales au sein d’établissements hospitaliers. Nadège Grataloup, directrice déléguée de l’hôpital de Belley, et Caroline Jambin-Burgalat, directrice des ressources humaines du centre hospitalier Métropole Savoie ont toutes deux suivi la formation Diriger Une Activité (DUA) d’emlyon business school pour mieux anticiper les évolutions de leur environnement professionnel.

Après 15 ans d’exercice hospitalier comme directrice adjointe puis directrice déléguée, Nadège Grataloup a ressenti le besoin d’acquérir des outils de pilotage stratégique, un domaine peu exploré lors de sa formation initiale.

« Depuis 10 ans, nous sommes amenés à appliquer à nos établissements de santé des approches marketing, à raisonner en termes de parts de marché, de développement stratégique », constate-t-elle. De fait, bien qu’ayant une mission de service public, les hôpitaux doivent aujourd’hui avoir recours à des méthodes de gestion rénovées.

« Un hôpital, c’est aussi une entreprise de production de soins, avec des logiques de gestion proches de celles d’une entreprise : nous avons une autonomie budgétaire, nous réalisons des investissements et faisons face à la concurrence », confirme Caroline Jambin-Burgalat, 17 ans de carrière en établissements hospitaliers dans des directions fonctionnelles variées : ressources humaines, qualité, finances, travaux.

Pour adapter leur management à un environnement professionnel en évolution rapide, les deux dirigeantes ont souhaité s’ouvrir sur d’autres secteurs professionnels, acquérir une vision plus large et de nouvelles compétences.

Une nouvelle dynamique managériale

Nadège Grataloup, alors depuis 2 ans directrice déléguée de l’hôpital de Belley, est la première à franchir le pas. Elle suit le certificat DUA d’emlyon business school durant l’année 2017-2018. « Avec un an de recul, j’y ai trouvé des apports en termes d’outils d’analyse financière et de création de valeur, d’écoute client, et j’ai vraiment impulsé une nouvelle dynamique managériale, en particulier grâce aux modules Créativité dans le management d’équipe et Pilotage du changement, axé sur la sociologie des organisations. »

Des instruments qu’elle reconnaît utiliser quotidiennement dans la gestion de son établissement : « J’ai fait évoluer le format de mes réunions de management vers des réunions de travail thématiques qui produisent des résultats beaucoup plus riches qu’auparavant. J’utilise aussi les outils d’analyse stratégique qui sont apportés dans le socle commun, notamment dans le cadre de l’élaboration de notre nouveau projet médical d’établissement. »

Tenir compte des nouveaux usages pour rester attractifs

Caroline Jambin-Burgalat, qui suit la formation cette année, vient seulement d’en terminer le tronc commun, mais elle en tire déjà des enseignements : « le cours "Ecosystèmes innovants et modèles économiques émergeants", m’a éclairée sur l’utilisation qui peut être faite des communautés et réseaux dans les relations professionnelles : pour rester attractifs, recruter et fidéliser des compétences, il faut tenir compte de ces nouveaux usages. »

D’autres cours, outils et concepts stratégiques lui permettront aussi de contribuer de façon plus qualitative aux questionnements stratégiques au sein des comités de direction : « Par exemple, je positionnais jusqu’ici la "culture d’entreprise" comme un sujet RH avec lequel je n’étais pas très à l’aise, mais j’ai compris là que c’est un sujet de stratégie générale. Ce repositionnement va permettre à l’établissement de le traiter de façon plus adaptée. »

  • Bruno Mortgat
Haut de page