L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Mercredi 20 Janvier 2021

ETRE UTILE ENSEMBLE AVEC la Caisse d'Epargne Rhône Alpes

EmerJean, une entreprise au service de tous les habitants

EmerJean, une entreprise au service de tous les habitants

La crise sanitaire pèse sur le taux de chômage qui atteint aujourd’hui 9 % et l’accès à l’emploi est de plus en plus difficile. EmerJean, créée en 2017, répond plus que jamais à ce problème de société en s’inscrivant dans la démarche expérimentale Territoire Zéro Chômeurs de Longue Durée. Son objectif est simple : sur un territoire défini, le quartier Saint-Jean à Villeurbanne, l’entreprise a pour mission d’employer sans sélection en CDI des chômeurs de longue durée (plus d’un an) volontaires. C’est le modèle adopté par cette entreprise de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) : une activité vertueuse qui crée de l’emploi tout en répondant aux différents besoins de son territoire, de ses habitants, des entreprises et de la collectivité. En développement constant depuis sa création, l’entreprise EmerJean ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Rencontre avec Bertrand Foucher, Président d’EmerJean.

L’entreprise comptait 49 salariés en 2018, où en êtes-vous aujourd’hui ?

L’entreprise s’est beaucoup développée en termes d’activités, de nombre de salariés et sur le volet du développement des compétences grâce aux contrats CDI et aux temps de formation (10 % du temps de travail). Nous sommes arrivés à une forme de « taille de croisière » avec 80 salariés. On a aujourd’hui plus d’une vingtaine d’activités dans 3 grands secteurs.

Il y a d’abord les services aux habitants. On a recréé des services qui n’existaient pas ou plus notamment via une conciergerie de quartier, le Comptoir. On y fait du soutien scolaire, de la médiation et de l’information, du relais-colis, de la retouche couture, de l’embellissement de logement social, on vend des tickets TCL… En résumé, on ramène de la vie et de la cohésion sociale.

On travaille également pour les entreprises. On a par exemple un service de blanchisserie qui marche très bien pour les petites entreprises qui n’ont pas les moyens de faire appel à des professionnels. On fait du soutien administratif ponctuel.

Enfin, on développe le support à la transition écologique en travaillant pour des filières de l’économie circulaire. On accompagne des entreprises en les aidant à développer la collecte et le compostage de biodéchets, la collecte et la valorisation de bouteilles plastique ou de mégots, le développement de l’alimentation durable... On met par exemple en place un système de circuit court pour pouvoir approvisionner les restaurants scolaires en produits secs venant d’exploitations à proximité de Lyon. On a aussi un partenariat avec Decathlon de collecte de produits défectueux que les clients rapportent. On les répare pour les remettre en circuit dans le réseau d’occasion. Cela permet d’éviter les déchets ou de diminuer leur coût d’évacuation, d’avoir un impact positif sur l’environnement et de générer des heures de travail pour les salariés d’EmerJean.

Parlez-nous du principe général du Territoire Zéro Chômeur de Longue Durée. Pourquoi avez-vous souhaité y participer ?

Cette expérimentation a été lancée en 2016. Au départ, c’était un portage politique de la ville de Villeurbanne qui a fédéré autour d’elle plusieurs acteurs formant une coalition territoriale comprenant les collectivités, l’Etat, les entreprises, les habitants, les associations, les syndicats… Ce sont eux qui ont décidé de la création d’une entreprise répondant à cette expérimentation et qui sont allés au contact des demandeurs d’emploi du quartier pour faire connaître le projet. La mobilisation du territoire au service du droit à l’emploi crée une dynamique continue depuis le début qui permet la réussite du projet.

Au quotidien, quel rôle souhaitez-vous jouer dans la société ?

L’enjeu est dans le titre de l’expérimentation : avoir un territoire zéro chômeur longue durée. Quand on a démarré le projet il y avait 400 personnes privées d’emploi sur le quartier. Une dizaine de personnes passées par EmerJean ont pu ensuite trouver un autre emploi. Il y en a qui ne sont pas passés par l’entreprise mais qui se sont remis en mouvement en trouvant d’autres opportunités d’emploi grâce à la dynamique du projet. On estime qu’il y a 130 personnes qui ont été sorties de la privation d’emploi grâce au projet. On ne veut laisser personne de côté dans cette situation, aussi nous prenons notre responsabilité de continuer à embaucher via un plan de développement de plusieurs dizaines d’emplois dans les prochains mois.

Le Comptoir de St Jean a été inauguré en 2018, est-ce que vous l’utilisez toujours dans le contexte actuel ? Plus globalement, comment la crise a-t-elle impacté votre activité ?

Le Comptoir a hélas dû fermer pendant les confinements, cela nous prive d’un outil de contact. Cependant, pendant ce deuxième confinement on a maintenu toutes les activités qui pouvaient l’être notamment sur notre siège. Nos salariés sont aussi des habitants du quartier, ils le connaissent bien et peuvent donc repérer les besoins sociaux durant cette crise. Ils sont mobilisés aujourd’hui, ils viennent travailler et ont envie d’en faire plus pour pouvoir contribuer à développer de nouveaux services d’utilité sociale. On a ainsi proposé de mettre en place un service de click&collect à disposition des commerçants pour la période du Covid ou encore de développer la médiation sociale en faisant passer des messages de proximité par exemple. Cette dynamique existe déjà au niveau des collectivités mais est amplifiée grâce aux compétences et à la proximité des salariés d’EmerJean.

Quelles sont vos attentes de la part d’une banque coopérative telle que la Caisse d’Epargne Rhône Alpes ?

Depuis le début, la Caisse d’Epargne Rhône Alpes nous a soutenu dans les fonds d’amorçage de l’entreprise en complément du capital des associés. Elle a apporté une compréhension stratégique du projet. Elle est réactive, nous connaît bien et nous accompagne dans la phase difficile que l’on vit actuellement avec notamment le Prêt Garanti par l’Etat (PGE).

La Caisse d’Epargne Rhône Alpes, au travers de son agence ESS est également très impliquée dans la vie sociale et en comprend les enjeux. On l’attend pour imaginer de nouvelles solutions sur les financements immobiliers qui sont critiques pour concrétiser les ambitions de l’ESS. Au-delà des questions de financement et d’accompagnement bancaire au quotidien, elle joue son rôle central de mise en relation entre les acteurs de l’ESS pour créer des synergies et faciliter la mise en relation des projets.

A propos d’EmerJean :

  • Création : 2017 sous forme de SAS avec un agrément ESUS
  • Président : Bertrand Foucher
  • Directeur : Paul Bruyelles
  • Nombre de salariés : 80
  • Budget : 1,5 M d’euros
  • Contact : contact@lebooster.org
Haut de page