L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Samedi 25 Mai 2024

Publi-reportage AVEC Banque de la Transition Energétique

Invers produit des insectes pour un usage local

Stéphanie Cailloux et Sébastien Crépieux - Cofondateurs d’Invers et Lionel Baud - Président du Conseil d’Administration de la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes

Stéphanie Cailloux et Sébastien Crépieux - Cofondateurs d’Invers et Lionel Baud - Président du Conseil d’Administration de la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes

La Banque de la Transition Énergétique par la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes a lancé la première édition des Prix de la Transition Énergétique. Ils sont destinés à soutenir et récompenser les entreprises qui s’engagent avec un projet de Transition énergétique et environnemental. Quatre prix, correspondant à quatre catégories, ont été remis. Focus sur le coup de cœur de cette première édition, Invers qui veut déployer 25 fermes de production d’insectes en Auvergne-Rhône-Alpes. Un projet naturellement soutenu financièrement par la Banque de la Transition Energétique.

Une étape importante se joue en 2023 pour Invers, cette entreprise créée en 2018 pour produire des insectes pour l’alimentation animale : « Le nouveau couvoir, opérationnel à l’automne 2023, fera passer nos capacités de production d’environ trois fermes actuellement, à près de 25. La levée de fonds de 15 millions d’euros bouclée en juillet 2022 nous permet de démarrer l’industrialisation de notre modèle pour ensuite le déployer à l’échelle sur d’autres territoires », explique Stéphanie Cailloux, cofondatrice et directrice générale de l’entreprise. Invers, résolument tournée vers l’innovation, avait opéré une première levée de fonds en 2019 lors de laquelle partenaires financiers et industriels avaient soutenu les développements par étapes successives de la jeune structure.

Depuis 2016 et la naissance de l’idée, « dans le grenier de Sébastien Crépieux », Invers franchit les étapes pour créer toute une filière de production d’insectes en partenariat avec les agriculteurs, afin de fournir des unités au plus près des lieux de production et d’usage. Un site pilote pour alimenter quelques fermes de croissance était en expérimentation à Saint-Ignat depuis 2019. Il a permis de dimensionner ce nouveau couvoir et de nouer des partenariats avec les coopératives locales. « C’est notre dernier palier du dispositif, qui passe par la création d’Invers Auvergne‑Rhône‑Alpes pour alimenter l’écosystème en économie circulaire. Puis nous dupliquerons sur d’autres territoires en France. »

Favoriser les circuits courts

Le modèle s’appuie ainsi sur des agriculteurs partenaires auxquels Invers fournit l’outil d’élevage et les bébés larves d’insectes (Tenebrio molitor ou vers de farine) pour une étape de croissance et sur des coopératives pour l’approvisionnement en coproduits agricoles pour alimenter ces insectes. Ces élevages de taille moyenne restent sur un fonctionnement agricole et en circuit court, avec à la fois une meilleure maîtrise des risques sanitaires, un bilan carbone intéressant et le maintien d’acteurs agricoles en proximité.

Les larves d’insectes transformées après récolte par Invers nourrissent les poules des basses-cours des particuliers mais aussi les chiens et les chats grâce aux nouvelles croquettes aux protéines d’insectes, les oiseaux et les poissons d’ornement de bassin. Les filières d’élevage en aviculture et en pisciculture commencent aussi à s’intéresser à ce nouveau type de protéine pour l’alimentation de leurs animaux. A la fin de 2022, en plus de sa vente directe via son site internet, quelque 500 points de vente en France distribuent les aliments Invers.

Invers :

- Fondateur : Sébastien Crépieux

- Siège : Saint-Ignat (Puy-de-Dôme)

- CA : non communiqué

- Effectif : 28 salariés

Haut de page