L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Samedi 15 Juin 2024

Publi-reportage AVEC Banque de la Transition Energétique

Métha Collines, du gaz vert et local

Nicolas Juven - Président de Métha Collines - et Odin Soirot - Responsable Service Accompagnement ENR de la Banque de la Transition Energétique par BPAURA

Nicolas Juven - Président de Métha Collines - et Odin Soirot - Responsable Service Accompagnement ENR de la Banque de la Transition Energétique par BPAURA

La Banque de la Transition Énergétique par la Banque Populaire Auvergne Rhône Alpes a lancé la première édition des Prix de la Transition Énergétique. Ils sont destinés à soutenir et récompenser les entreprises qui s’engagent avec un projet de Transition énergétique et environnemental. Quatre prix, correspondant à quatre catégories, ont été remis. Focus sur le lauréat « Energie renouvelable », Métha Collines, une société créée par le Gaec Juven, dans la Drôme.

Élevage de bovins lait et de bovins viande, culture de céréales, arboriculture, maraîchage, culture de la noix de Grenoble… Le Gaec Juven, à Geyssans, dans la Drôme, a toujours misé sur la diversification. Nicolas Juven s’est associé à son père et son frère en 2015 pour poursuivre la voie tracée par les générations précédentes, en continuant de moderniser les infrastructures.

L’exploitation s’apprête aujourd’hui à franchir un nouveau cap avec la mise en service, d’ici quelques semaines, de son unité de méthanisation. Pas moins de 5,2 millions d’euros ont été investis dans le projet Métha Collines, qui a pu bénéficier du soutien financier de la Banque de la Transition Energétique qui encourage les projets d’énergies renouvelables. Rappelons que la méthanisation est un processus naturel de dégradation de la matière organique par des bactéries en l’absence d’oxygène. Les déchets organiques sont ensuite transformés, d’une part, en digestat, un engrais naturel et, d’autre part, en biogaz, une source d’énergie verte. « Une production d’énergie locale, avec de la matière locale », explique Nicolas Juven. Le gaz produit sera intégré au réseau de gaz de ville de Romans-sur-Isère.

La construction de l’unité de méthanisation, un long processus

Mais comment est née cette idée ? En 2015, l’exploitation doit se lancer dans des travaux de mise aux normes de son bâtiment de stockage de fumier et de lisier. Des travaux nécessaires mais qui n’offrent aucun retour sur investissement. Or, la construction d’une unité de méthanisation offrait plusieurs avantages : valoriser les déchets, répondre aux problèmes d’odeur liés à l’épandage du fumier et produire un engrais - le digestat - plus riche que le fumier tout en réduisant le recours aux produits chimiques. Mais surtout, la méthanisation offre une source de revenus supplémentaire et, donc, un retour sur investissement. La réflexion est donc lancée fin 2016. Les premières études débutent en 2017. La chambre d’agriculture oriente les agriculteurs vers un cabinet spécialisé, qui délivre ses préconisations sur la taille de la structure, le type de méthanisation à privilégier, la rentabilité estimée… Puis, « pour sculpter notre projet, nous avons visité des unités de méthanisation, rencontré des acteurs de la filière », explique Nicolas Juven. Les documents administratifs sont déposés en 2018, la construction est lancée en 2021. Une société spécifique est créée pour la gestion de ce projet spécifique, la SAS Métha Collines. « A terme, nous allons embaucher un salarié supplémentaire dédié à cette activité », précise Nicolas Juven.

Un projet « performant et écologique »

Le Gaec Juven a reçu le prix de la Transition énergétique dans la catégorie « Energie renouvelable ». Pour Nicolas Juven, cette distinction est la preuve que « notre vision de la méthanisation ultra-locale répond à une véritable attente sociétale ». La méthanisation peut donc s’avérer performante économiquement et constituer un projet écologique. « Nous n’avons jamais été dans le greenwashing, mais avons toujours travaillé dans l’idée de réduire ce qui n’était pas indispensable », explique l’agriculteur. « Aujourd’hui, nous disposons d’un outil de travail performant et optimisé au fil des années ».

  • A.D.

Le Gaec Juven :

- 5,2 millions d’euros d’investissement pour le méthaniseur dont
700 000 euros de subventions (Région, Ademe) et 300 000 euros de
fonds propres, pour l’unité de méthanisation.
- 4 collaborateurs : 3 associés et un salarié
- 240 hectares d’exploitation
- 75 vaches à traire
- 40 vaches et un taureau côté bovins viande

Haut de page