L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Lundi 04 Juillet 2022

Cap recrutement AVEC Pôle Emploi

Pôle Emploi aux côtés du secteur textile dans ses besoins nés de la crise sanitaire

De gauche à droite : Nathalie de Beaurepaire, directrice de l’agence Pôle emploi de La Tour-du-Pin. et Jacques Tankéré, président de Texinov

De gauche à droite : Nathalie de Beaurepaire, directrice de l’agence Pôle emploi de La Tour-du-Pin. et Jacques Tankéré, président de Texinov

Face à la crise sanitaire, une quarantaine d’entreprises se sont mobilisées en Auvergne-Rhône-Alpes pour répondre à la pénurie d’équipements de protection individuelle. Pôle emploi s’est montré réactif pour les accompagner dans leurs recrutements.
Entretien avec Nathalie de Beaurepaire, directrice de l’agence Pôle emploi de La Tour-du-Pin et Jacques Tankéré, président de Texinov.

Quels sont les besoins de recrutement nés de la crise sanitaire dans la branche textile ?

Nathalie de Beaurepaire : Au moment du confinement, nous avons rappelé tous les dirigeants d’entreprises du textile ou leurs DRH/RRH pour leur demander comment nous pouvions être facilitateur pendant cette période.
Au cours de ces échanges, nous avons pris la mesure des recrutements en cours. En particulier, trois entreprises se sont lancées dans la fabrication de masques sur notre territoire, dont Texinov.

Jacques Tankéré : Durant la période de confinement, notre activité de fabrication de textiles techniques a continué de tourner au ralenti, en particulier pour servir le marché agricole saisonnier, mais la nécessité de produire des masques s’est imposée. Nous avons démarré cette production mi-avril en mettant en place des équipes de confection en interne et à domicile, représentant une vingtaine d’emplois en tout.

Quelle a été votre stratégie de recrutement dans ce contexte particulier ?

Jacques Tankéré : Le recrutement interne de couturières s’est fait par la publication d’une annonce sur le site Pôle emploi. Nous avons ainsi recruté six couturières. En parallèle nous avons mis en place des ateliers à domicile via la société de portage salarial Gest Emploi qui nous a permis de recruter sept personnes. Nous avons également collaboré avec la régie de quartier d’Echirolles pour faire travailler cinq ou six autres couturières à domicile.

Comment Pôle emploi a-t-il accompagné ces nouveaux besoins ?

Nathalie de Beaurepaire : Depuis trois ans et demi, sur La Tour-du-Pin, nous avons engagé un partenariat avec la branche textile UNITEX et l’Etat, dans le cadre duquel nous avons des animations périodiques avec les différents acteurs du territoire. Notre parti pris : agir en proximité, proposer des solutions simples aux entreprises et répondre à leurs besoins de recrutement et de formation. De ce fait, nous connaissons bien les profils recherchés dans le secteur textile : ce sont des compétences rares, mais nous les travaillons pour les rendre transférables. Pôle emploi s’est engagé et a réussi à former des demandeurs d’emploi aux métiers du textile en tension. Nous pouvons donc proposer des personnes que nous avons formées sur les postes à pourvoir, ou identifier des compétences et proposer des périodes d’immersion professionnelle.

Cela permet aux managers de proximité de vérifier si les compétences transférables sont en phase avec leurs besoins et dans l’affirmative de poursuivre la formation en interne.

Pour le recrutement de Texinov, outre l’annonce sur notre site, nous sommes partenaires de Gest Emploi qui nous a également sollicités pour trouver les sept personnes à domicile. Porcher Industries, autre entreprise du Nord Isère qui a lancé la fabrication de masques, a recruté via l’intérim et fait appel à des sous-traitants. Nous avons un partenariat fort avec ces derniers et nous les avons accompagnés dans le recrutement de seize personnes. Nous avons sollicité nos conseillers et informé tous les demandeurs d’emploi inscrits à l’agence de ces opportunités, en vue de trouver des personnes équipées d’une machine à coudre et ayant des compétences en couture, professionnelles ou non, pour participer à cet effort national.

Notre mot d’ordre est l’agilité : nous avons suffisamment de partenariats sur le territoire pour personnaliser notre service afin que l’entreprise trouve ses ressources par le canal qui lui paraît le plus pertinent.

Ces nouveaux emplois seront-ils pérennes ?

Jacques Tankéré : Au-delà des masques grand public qui ont été fabriqués ces derniers temps, nous avons investi dans deux machines de fabrication de masques FFP2 qui démarreront en juillet. Selon les phases de production (situation normale ou phase épidémique), cela devrait créer entre dix et vingt emplois à terme.

Nathalie de Beaurepaire : Le secteur a réagi en opportunité pour contribuer à l’effort national. Des entreprises, comme Texinov, se développent. Nous serons là pour les accompagner dans les besoins de recrutements qui en naîtront.

 

*https://www.pole-emploi.fr

Haut de page