L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Mardi 28 Septembre 2021

Edition déléguée AVEC Connect'iaelyon

Une réalité pas seulement financière

Une réalité pas seulement financière

La communication financière des entreprises, cotées ou non, n’est plus suffisante aux yeux de leurs actionnaires. Elles doivent désormais exposer leur politique en matière d’environnement, de relations sociales, bref de développement durable.

Pour les grandes sociétés désormais très exposées aux media et aux ONG, gare au manque de transparence, à l’éthique hasardeuse, aux erreurs ou aux accidents environnementaux. Les conséquences sur leur image et les contrecoups commerciaux peuvent se révéler catastrophiques. D’où l’importance prise, au fil des années, par la communication extra-financière, qu’elle soit réglementaire ou volontaire.

Créer de la valeur pour la société, à long terme

On connaissait le rapport RSE des entreprises. Voici désormais le Rapport Intégré, une nouvelle démarche volontaire qui prend de l’ampleur. Plus ambitieux que le premier, c’est un document synthétique et concis qui expose la performance sociale, environnementale et de gouvernance de l’entreprise et les effets de sa politique pour la création de valeur à long terme.

Responsable du Master 2 Ingénierie Financière et Transaction, Edouard Chastenet explique : « Dans un Rapport Intégré, l’entreprise montre non seulement qu’elle ne détruit pas de valeur sociétale ou environnementale, mais également qu’elle crée de la valeur globale pour la société », poursuit-il. Issu du monde de l’entreprise, Edouard Chastenet se fait un devoir de mettre systématiquement ses étudiants en situation réelle.

Des valeurs modernes et dans l’air du temps

Lafuma Mobilier a fait partie des entreprises qui ont bien voulu se prêter au jeu, en s’ouvrant à un groupe d’étudiants du Master Comptabilité Contrôle Audit. Mais la démarche universitaire a eu un autre effet… pas forcément attendu mais essentiel. « Les étudiants ont effectué un excellent travail de synthèse et ont rendu un document de très bonne qualité », explique Arnaud du Mesnil, directeur général de Lafuma Mobilier. « En réalité, les échanges que nous avons eus avec eux nous ont beaucoup apporté. Ils étaient arrivés avec une image de notre entreprise faite de souvenirs du mobilier de jardin de leurs parents ou grands-parents… et ils ont redécouvert une marque qui correspond aux aspirations actuelles : bien-être et confort, écoconception et recyclage des produits, process industriel respectueux de l’environnement, équilibre vie professionnelle / vie personnelle dans l’entreprise… Grâce à eux, nous nous sommes aperçus que nous étions sur le bon chemin, que les valeurs que nous portons, si anciennes soient-elles, sont dans l’air du temps… et c’est très rassurant pour l’entreprise. »

Acteur de son territoire

Dans l’air du temps, le made in France que promeut Lafuma Mobilier l’est aussi. Concrètement, la société a toujours assumé le choix de fournisseurs établis dans un rayon de 150 km autour d’Anneyron, ce qui lui vaut d’ailleurs une labellisation Origine France Garantie. Les toiles sont fabriquées à Lyon et La Tour-du-Pin, les pièces plastiques à Oyonnax, la peinture vient de Montbrison, seuls les tubes métalliques proviennent d’Italie.

Avec 140 salariés habitant en grande majorité dans un rayon de 30 km, Lafuma Mobilier, filiale du groupe suisse Calida, sait qu’il est aussi un acteur de son territoire. Et qu’à ce titre, « c’est aussi notre rôle d’entreprise régionale, qui n’en exporte pas moins 55 % de sa production, que d’accueillir des étudiants d’un site universitaire voisin ». Un intérêt réciproque bien compris pour une démarche gagnant-gagnant.

 

Cet article a été publié dans le magazine Connect'iaelyon, rubrique Collaborations pédagogiques | Lafuma Mobilier

Haut de page