L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Mercredi 24 Février 2021

Entrepreneurs, Engagés, Ensemble AVEC EY

Géraldine Le Duc (NH TherAguix) : "C’est la lucidité qui permet de gérer le risque au mieux"

Géraldine Le Duc, cofondatrice et dirigeante de NH Theraguix.

Géraldine Le Duc, cofondatrice et dirigeante de NH Theraguix.

La crise sanitaire, avec le ralentissement des essais cliniques dans les hôpitaux qu’elle a entraîné, a des répercussions directes sur les jeunes sociétés de la santé, les biotechs en particulier. A la tête de NH TherAguix, Géraldine Le Duc témoigne.

« Frappés dans notre élan », « freinés sur notre lancée » : voilà comment Géraldine Le Duc, dirigeante de la biotech NH TherAguix qu'elle a cofondée fin 2015 avec le professeur Olivier Tillement, qualifie le choc encaissé par sa société ces derniers mois. : « Nous sommes ralentis alors que, justement, nous avions tout mis en œuvre pour aller vite » déplore-t-elle. 

La start-up spécialisée dans le domaine de la nanomédecine pour la radiothérapie des cancers (son candidat médicament, AGuIX, permettrait d’augmenter la survie des patients cancéreux dans le traitement des cancers solides, ainsi que leur qualité de vie lorsqu’il est combiné à la radiothérapie) est en effet engagée sur une très belle lancée.

Petit zoom arrière : en avril 2019, la société boucle une levée de fonds de treize millions d’euros avec quatre fonds de capital-risque : de quoi croître et accélérer ! « Nous avons vécu une belle phase de développement et de structuration, avec notamment des embauches à la clé, dont celle de notre directeur médical. » La société compte aujourd’hui douze équivalents temps plein et « trois embauches ont été réalisées juste avant le confinement et deux juste après. Deux embauches sont en cours », précise Géraldine Le Duc.

Être cheffe d’entreprise, c’est savoir accepter les risques et s’adapter

L'arrivée de la Covid-19 et le confinement vont pousser la jeune entreprise à s’adapter très rapidement. : « Nous avons dû revoir notre mode travail afin de conserver une bonne dynamique d’équipe afin d’intégrer les nouveaux salariés. Nous travaillons aussi à l‘évaluation et la quantification des retards possibles engendrés par cette crise sans précédent. Ce contexte d'incertitude crée une forme de torpeur générale contre laquelle il faut lutter », analyse la dirigeante.

Pour autant, Géraldine Le Duc ne jette pas l’éponge, loin de là ! Ce n'est pas dans son tempérament : « Être cheffe d’entreprise, c’est savoir accepter les risques et s’adapter. C’est la lucidité qui permet de gérer le risque au mieux, et les biotechs sont des entreprises où la culture du risque est centrale. » Pour l'heure, l'équipe continue d’avancer en France et aux Etats-Unis sur les essais cliniques prévus, concernant les métastases cérébrales, le cancer du pancréas, du poumon, du rectum et le glioblastome : « Même si nous n'avons aujourd'hui pas toutes les cartes en mains » conclut celle qui est « en vigilance » et toujours aussi déterminée à mener loin la belle aventure de NH TherAguix.

  • Nadia Lemaire
Haut de page