L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Mardi 09 Mars 2021

Entrepreneurs, Engagés, Ensemble AVEC EY

Paul-Luc Perez (GEA Invest) : "La période a permis de confirmer l’énorme potentiel de notre groupe"

Paul-Luc Perez (GEA Invest).

Paul-Luc Perez (GEA Invest).

La crise sanitaire, économique et sociale a chahuté la société GEA Invest, installée à Aubière dans le bassin clermontois. Mais elle lui a aussi « donné du temps », selon l’expression de son dirigeant Paul-Luc Perez. La société en a profité pour anticiper l’évolution de son offre, affiner son approche des marchés à conquérir et optimiser ses outils digitaux.

GEA Invest a dû serrer les dents pour encaisser une baisse drastique de son activité globale, même si, secteur par secteur, tous n’ont pas connu un destin similaire. GEA est un groupe naissant construit autour de trois pôles que sont la distribution de bonbons « naturels ou bio » en pharmacie avec OTC Concept, la personnalisation des boîtes de bonbons pour les professionnels avec Bonbonprint, les prestations événementielles avec Reservoircom et enfin, la fabrication de machines d’impression numériques CPrinter pour des franchisés.

Une période de navigation à vue

Un miniconglomérat avec 13 collaborateurs qui ont vécu depuis mars une vraie « navigation à vue. » Seul le pôle Pharmacie, premier centre de profit de GEA Invest autour des pastilles Pulmoll ou des chewing-gums Fluogum, tire son épingle du jeu quand l’événementiel est réduit à néant.

Le petit groupe était depuis quatre ans sur une dynamique très forte avec un chiffre d’affaires passé de 600.000 euros en 2016 à un prévisionnel 2020 de 2 millions, bien sûr, revu à la baisse. Touchée au cœur alors que la saison battait son plein pour ses produits en pharmacie, la société s’est trouvée face à une donne inédite ; le temps généré par l’inactivité. « La Covid nous a permis de prendre ce recul que nous n’avions pas car nous sommes une petite équipe confrontée à une forte progression. »

Master franchise à l’international

La première leçon a été de confirmer « l’énorme potentiel » de développement de GEA. La seconde a mis en exergue le très faible taux de transformation des sites de personnalisation des boîtes de bonbons et de vente des produits à marques propres. Les plateformes ont été reformatées et dans le même temps GEA, engagée avant la crise actuelle dans des projets de master franchise à l’international pour Candy Print, a pris le temps de préciser son offre produits et sa stratégie.

  • Vincent Riberolles
Haut de page