L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Mardi 11 Mai 2021

Entrepreneurs, Engagés, Ensemble AVEC EY

Simon Hoayek (Byblos) : "La confiance est au-dessus de tout"

Simon Hoayek, dirigeant fondateur du groupe Byblos.

Simon Hoayek, dirigeant fondateur du groupe Byblos.

Chez Byblos, groupe de sécurité privée, presque tout s'est arrêté du jour au lendemain avec le confinement. Pas de quoi décourager son fondateur, Simon Hoayek, qui entend continuer à jouer son rôle de tiers de confiance, plaçant cette dernière au-dessus de tout.

Fermeture de la Tour Eiffel, fin des événements à l'Accor Aréna… Ces sites, protégés par Byblos, groupe de sécurité privée créé par Simon Hoayek en 1999, ont fermé brutalement, comme tant d'autres, à l'annonce du confinement. Un coup dur pour toute la filière de la sécurité, très liée à l'événementiel, mais pas que… « Nous avions commencé à travailler sur la sûreté aéroportuaire, raconte Simon Hoayek. En deux jours, la cible la plus stratégique du groupe s'est retrouvée à l'arrêt. »

En tant que chef d'entreprise, il faut montrer qu'on reste optimiste

Pas de quoi décourager le dirigeant qui a tout de suite réagi en faisant un « kick off » de son organisation. « Ce qui en est ressorti, c'est la confiance ! La confiance envers notre personnel, nos clients, nos sous-traitants… La confiance est plus importante que l'économie. C'est elle qui va permettre d'être agiles et solides. » Dans un métier qui repose presque uniquement sur l'humain, il a ainsi fallu rassurer les équipes, une partie se retrouvant au chômage partiel. « En tant que chef d'entreprise, il faut montrer qu'on reste optimiste », explique Simon Hoayek.

Une formation à la cybersécurité

Les équipes innovation, elles, se sont largement mobilisées pour imaginer de nouvelles solutions. « Elles ont fait un travail extraordinaire ! », reconnaît Simon Hoayek, pas peu fier de sa nouvelle offre dédiée à la cybersécurité, développée avec le CNAM Grand Est. Ils ont uni leurs expertises en sécurité et formation pour accompagner les entreprises dans ce besoin émergent d’entraîner, sensibiliser et protéger leurs télétravailleurs des risques cyber.

Un travail de soutien a également été fait auprès des sous-traitants et fournisseurs de Byblos : « Je me sentais aussi responsable de leur survie », explique celui qui a créé une commission dédiée avec un budget permettant de régler à l'avance certains de ces prestataires à « l'expertise très pointue ».

Des contrats dans la logistique et l'industrie

Simon Hoayek a également profité de cette période pour revoir ses cibles stratégiques, se tournant notamment vers la protection des sites industriels et logistiques : « Nous avons même signé une très belle référence », se réjouit le dirigeant qui vient de rentrer de Beyrouth où il a encore de la famille. Simon Hoayek a été « bluffé » par la résilience des Libanais : « Dans le quartier Saint-Michel, qui a été complètement détruit par l'explosion, deux trois pubs ont rouvert, au milieu des gravats ». Une crise dans la crise qui fait dire à Simon Hoayek que la résilience aura le dessus.

Haut de page