L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Vendredi 12 Avril 2024

Portraits d'entrepreneurs audacieux AVEC KPMG Auvergne Rhône-Alpes Bourgogne Franche-Comté

Pierre-Emmanuel Casanova (HSL Technologies, ex-Hysilabs) : « Une révolution dans le domaine de l’hydrogène »

Pierre-Emmanuel Casanova a cédé le pilotage opérationnel d'HSL Technologies courant 2023

Pierre-Emmanuel Casanova a cédé le pilotage opérationnel d'HSL Technologies courant 2023

Grâce à un vecteur liquide, HSL Technologies permet de transporter et de stocker facilement, avec notamment les camions-citernes sur le marché, de grandes quantités d’hydrogène. Cette molécule exploitée par HSL Technologies est une vraie révolution pour la décarbonation. Pierre-Emmanuel Casanova, cofondateur avec Vincent Lôme de l’entreprise implantée à Aix-en-Provence, est en phase de déploiement de sites pilotes grâce à une levée de fonds de 15 millions d’euros réalisée à l’été 2023.

« Notre solution complètement disruptive répond à une transition environnementale et sociale car elle permet de transporter une grande quantité d’hydrogène grâce à un vecteur liquide, en utilisant les infrastructures existantes, s’enthousiasme Pierre-Emmanuel Casanova. C’est une technologie très simple à comprendre mais qui a mis très longtemps à se développer. La molécule émane des travaux d’une équipe de chercheurs d’Aix-Marseille Université qui avait découvert une nouvelle façon de libérer l’hydrogène, sans vraiment savoir quoi en faire ». Le jeune universitaire en biologie, qui rencontre son associé sur les bancs de la fac, s’intéresse à ce sujet de l’hydrogène. « Dès mon premier emploi et mes voyages professionnels à l’étranger, je regarde ce qui se fait ailleurs dans le domaine, se souvient-il. On est en 2013-2014 et on parle encore très peu d'hydrogène. »

Une centaine de brevets actifs

En 2015, les deux associés achètent le brevet à l’équipe de chercheurs et créent Hysilabs, devenue HSL Technologies, en partenariat avec la Satt Sud-Est. Ils lancent une stratégie de brevets. « Nous détenons douze familles de brevets, soit une centaine de brevets, pour protéger différentes façons de relarguer l’hydrogène », dit le jeune dirigeant.

Les levées de fonds deviennent nécessaires. Au total, quelque 20 millions d’euros sont levés par cette start-up, dont 15 millions d’euros à l’été 2023 auprès d’un consortium européen. « Aucun industriel de l’énergie français n’a souhaité investir. Pour le moment. Ils réfléchissent encore… », optimise cependant Pierre-Emmanuel Casanova qui compte désormais à son capital EDP (services énergétiques du Portugal), Equinor (pétrolier norvégien), Exolum (pétrolier espagnol), Vopak (pétrolier néerlandais implanté dans des ports du Nord de l’Europe), la Banque européenne d’investissement via le fonds EIC.

Année test en 2025

Prochaines étapes pour HSL Technologies : « Passer du transport du gramme au kilo puis à la tonne ». 2024 sera consacrée à trouver un site industriel pour installer sa première usine de vecteur pilote, probablement vers Fos-sur-Mer, avant de dupliquer en 2026-2027, selon les retours d’expérience de l’année test 2025. Il faudra alors beaucoup plus de moyens financiers. « La prochaine levée de fonds avoisinera les 50 à 100 millions d’euros. Nous avons pris beaucoup de risques et sommes peu nombreux dans la deeptech à avoir disrupté à ce point. »

L’info en +.

« Si aujourd’hui, de nombreux salons sur l’hydrogène existent, en 2014, il y en avait très peu. La Foire de Hanovre était un des seuls événements à avoir un petit pavillon consacré à l’hydrogène. Je suis allé les voir avec cette technologie. Les professionnels présents m’ont accueilli avec bienveillance. Ils m’ont dit : « Si tu arrives à synthétiser le liquide, tu inventes une nouvelle façon de transporter massivement l’hydrogène ». C’est ce que nous avons réussi à faire », Pierre-Emmanuel Casanova.

  • S.P.

HSL Technologies en chiffres

  • Fonds levés : 20 M€
  • Effectif : 30 salariés, 10 embauches prévues en 2024
Haut de page