L’actualité économique en Auvergne-Rhône-Alpes

Lundi 26 Septembre 2022

Prix de l’Entrepreneur de l’Année AVEC EY

Gilles Réguillon fait de Chamatex une exception européenne

Gilles Réguillon, dirigeant de Chamatex Group.

Gilles Réguillon, dirigeant de Chamatex Group.

Depuis sa reprise en mains en 2011 par Gilles Réguillon, Chamatex a réalisé un virage stratégique spectaculaire. Avec une nouvelle usine entièrement robotisée, le groupe textile se positionne désormais comme nouveau fabricant de chaussures de sport, en sous-traitance de grandes marques ou de start-up. Une exception européenne.

Le langage direct et le ton volontaire, le regard perçant de celui qui ne recule jamais : en une décennie, Gilles Réguillon a fait rebondir Chamatex, une société ardéchoise déchue après être montée, dans les années 1990, au firmament de l’industrie textile. La stratégie a été totalement revue, avec l’abandon total du marché de l’habillement et un recentrage sur les tissus techniques pour de grandes marques d’articles de bagagerie, de sport ou de protection individuelle. Avec une priorité à l’innovation : plus de 5 % du chiffre d’affaires sont aujourd’hui consacrés à la R & D, avec une équipe d’une dizaine d’ingénieurs et techniciens.

Des chaussures de sport fabriquées en France !

En s’appuyant sur sa technologie brevetée Matrix® qui a donné naissance à un tissu haute performance, Chamatex vise donc le domaine des chaussures de sport : sa toute nouvelle usine ardéchoise, dénommée ASF 4.0, a commencé sa production de chaussures de trail et intéresse de grandes marques. Salomon, Babolat, Millet et Siemens ont même choisi de participer directement à l’aventure, de même que le Groupe Zebra. Le site, qui s’étend sur 2.000 m2 et a représenté un investissement de 10 millions d’euros, emploie une vingtaine de personnes. Il a une capacité de production de 500.000 paires par an. Le carnet de commandes est plein pour les trois années à venir et Gilles Réguillon évoque déjà une extension pour atteindre un million de paires. Le dirigeant explique que l’automatisation et la robotisation de la chaîne d’assemblage des modèles permettent d’obtenir des coûts de production à peine plus élevés que ceux proposés par n’importe quelle usine asiatique.

Croissance externe

Parallèlement à l’innovation, l’autre priorité de Chamatex est la croissance externe, dans le but de constituer un groupe plus intégré. Sur les dernières années, les prises de participation et rachats d’entreprises se sont multipliés (Teinture des Cèdres, Moulinages de Volane, Profil’Tex, Pierre Rocle, TopTex et récemment Insoft), apportant à l’ensemble de nouveaux moyens de production, des compléments de gamme et des synergies commerciales et d’approvisionnement.

En dix ans, Gilles Réguillon a ainsi multiplié par cinq le chiffre d’affaires de Chamatex Group (35 millions en 2021, avec 280 salariés). Et il n’a pas fini d’avancer ses pions sur un échiquier du textile international qui pourrait bien se reconfigurer. En juin 2022, il annonçait l’arrivée d’un nouvel actionnaire financier, Yotta Capital, à hauteur de 5 millions d’euros, celui-ci venant rejoindre des investisseurs déjà en place (bpifrance, Etoile Capital). De quoi renforcer une politique ambitieuse qui envisage notamment la création d’une autre usine de fabrication de textile Matrix® au Vietnam, afin de servir les industriels de la chaussure de sport implantés en Asie.

Chamatex

Activité : Fabrication de textiles techniques

Président : Gilles Réguillon

Siège : Ardoix (Ardèche)

CA 2021 : 35 M€

Effectif : 280 personnes

Haut de page